Conseils en matière de mort subite

Quelles sont les principales mesures de prévention de la mort subite du nourrisson?

Nous tenons à souligner que le corps médical n'a jusqu'à présent pas identifié à 100% les causes de la mort subite du nourrisson. 
Cependant, plusieurs études scientifiques approfondies ont répertorié une série de facteurs de risque, qui exercent incontestablement une influence négative sur le bébé endormi. Les voici en résumé:

  •  Dormir sur le dos, la seule position sûre

Faites toujours dormir votre bébé sur le dos. Évitez absolument de le positionner sur le ventre ou sur le côté. Ces positions sont déconseillées pour plusieurs raisons.  
Cependant, à partir de l'âge de trois mois, votre enfant peut se retourner tout seul sur le ventre. Même si vous le couchez sur le dos, il peut se retourner sans s'en rendre compte pendant son sommeil et rouler sur le ventre. De surcroît, le risque de mort subite est plus élevé chez les enfants qui dorment pour la première fois sur le ventre. 
Essayez ce dernier à prévenir par laisser jouer votre bébé de temps en temps sur le ventre. faites ceci seulement sous contrôle permanent d'un adulte. Les experts recommandent notamment de laisser jouer votre enfant à différentes positions. En effet, varier les positions stimule sa motricité. C'est la manière idéale de lui apprendre à soulever la tête, à ramper et à s'asseoir. Cependant, ne le faites que si votre enfant est éveillé et à proximité immédiate d'un adulte. Si votre bébé est endormi, vous devez éviter absolument la position sur le ventre. 

  • Fumer pendant et après la grossesse nuit à la santé de la maman et de l'enfant 

Le tabac augmente le risque de dommages irréversibles pour la santé ainsi que le risque de mort subite du nourrisson. La nicotine obstrue la fonction de certains récepteurs cardiaques qui accélèrent le rythme du cœur. Il en résulte une réaction ralentie au manque d'oxygène, notamment pendant le sommeil du bébé. Apprenez comment vous pouvez éviter le contact entre votre bébé et le fumer.

La consommation d'alcool et de drogue par la maman augmente également le risque de mort subite du nourrisson.

  • Empêchez votre bébé d'avoir trop chaud   

Un bébé ne peut pas avoir trop chaud, afin de contrer le risque de coup de chaleur. Cela vaut en journée comme au lit. Faites surtout attention à la combinaison des vêtements, de la température ambiante et des articles de literie utilisés. Découvrez ici ce que nous vous recommandons de faire au moment de mettre votre enfant au lit.

  • Le lit et ses accessoires doivent garantir un environnement de sommeil sûr

Utilisez uniquement un lit sûr avec une literie sûre. Évitez tout ce qui pourrait étouffer l'enfant ou tout ce dans quoi il pourrait rester coincé. Découvrez ici les normes de sécurité que nous recommandons pour un lit de bébé. 

  • Surveillez de manière régulière et directe votre bébé endormi

Restez toujours dans les parages. Pendant les six premiers mois, faites de préférence dormir votre bébé avec vous, dans un lit séparé installé dans votre chambre. Veillez à ce qu'il dorme aussi pendant la journée à proximité de vous. Votre vigilance naturelle vous permettra ainsi de détecter plus rapidement la moindre anomalie. 
Si possible, procédez de la sorte jusqu'à ce que l'enfant puisse se retourner complètement de lui-même (vers l'âge de six mois). 
Mais attention, ne dormez pas avec votre bébé dans un même lit. En effet, un lit d'adulte est plus risqué qu'un lit d'enfant.

Quel est l'impact de l'environnement de sommeil du bébé pour le risque de mort subite du nourrisson?

  • Mobilier 

Le lit d'enfant doit permettre la plus grande ventilation possible, pour contrer les coups de chaleur. À l'achat d'un lit pour bébé, souvenez-vous des conseils suivants. 
Choisissez de préférence un matelas offrant un bon soutien dorsal. Tout comme celui des adultes, le dos de votre bébé doit être soutenu de manière optimale. C'est d'autant plus important quand on songe au nombre d'heures qu'un bébé dort, la nuit comme le jour. À l'achat d'un matelas pour bébé, souvenez-vous des conseils suivants. 
En plus de son lit cage, votre bébé sera amené de temps en temps à dormir dans d'autres endroits. Mais sont-ils tous sûrs ? Cliquez ici pour obtenir un aperçu des meubles et accessoires peu sûrs pour le sommeil de votre bébé.

  • Literie

Par literie, il faut entendre tout le matériel sous, sur ou dans lequel bébé dort, comme les draps, couvertures, édredons, sacs de couchage, oreillers... La literie doit satisfaire aux exigences suivantes:

  • Isoler la chaleur et laisser filtrer la vapeur d'eau et l'humidité 
  • Chaque drap et couverture doit être court et bien tendu, pour que l'enfant ne se retrouve pas enfoui sous les couvertures. 
  • Une serviette n'a pas sa place comme linge de lit.
  • Le choix judicieux se portera sur un sac de couchage avec des emmanchures et une encolure adaptées à la taille du bébé, qui l'empêchera de se retourner sur le ventre. 
  • Il est déconseillé d'utiliser un oreiller pour un enfant de moins de deux ans. Les coussins remplis de noyaux de cerises, les couvertures électriques et autres n'ont pas non plus leur place dans le lit de bébé. 
  • Les protections de bord de lit et les coussins capitonnés (linge de parure, de protection contre l'humidité, ...) comportent des risques, notamment celui d'entraver la respiration de l'enfant. Si malgré tout vous faites le choix d'en utiliser, assurez-vous qu'ils soient perméables à l'air et qu'ils ne puissent être détachés. 
  • Une peau de mouton ne présente pas non plus toutes les garanties de sécurité, car elle ne laisse absolument pas filtrer l'air pour l'enfant qui y pose son visage.
     
  • Tenue de nuit

Choisissez une tenue qui évite les coups de chaleur. La tête, surtout, doit rester dégagée. Évitez donc les bonnets de nuit. 
Les rubans, bavoirs, ... n'ont rien à faire dans le lit de bébé, car ils pourraient l'asphyxier pendant son sommeil.

  • Jouet

Ne laissez pas de jouets dans le lit de votre enfant pendant son sommeil et veillez à ce qu'ils restent hors de sa portée. Même les jouets qui pendent au-dessus du berceau doivent être retirés dès que l'enfant devient très agité (à partir de cinq/six mois). 
Vous pouvez laisser votre enfant s'endormir avec une peluche, mais retirez-la une fois qu'il est endormi. Il pourrait se retrouver sous ou contre elle, s'exposant ainsi à un risque d'asphyxie. Quand une peluche ou un tissu est rendu humide par la salive, les régurgitations ou toute autre forme d'humidité, sa perméabilité à l'air s'amenuise et il possède alors le même pouvoir asphyxiant qu'un oreiller.

Quelles sont les autres causes qui augmentent les risques quand votre bébé dort?

  • Âge: La mort subite du nourrisson touche surtout les enfants de moins de six mois, avec un pic entre deux et quatre mois.
  • Sexe: La mort subite du nourrisson est environ deux fois plus fréquente chez les nourrissons de sexe masculin.
     
  • Prématurité 

La prématurité augmente le risque de mort subite du nourrisson, car ce risque est inversement proportionnel au poids de l'enfant à la naissance et à la durée de la grossesse. Plus le poids de naissance est bas et plus la durée de grossesse est courte, plus le risque de mort subite du nourrisson est élevé.

  • Rythme de sommeil

Essayez de respecter le rythme de vie de l'enfant et de suivre un horaire régulier. Ainsi, votre enfant ne manquera pas de sommeil, ce qui peut augmenter le risque de mort subite du nourrisson.

  • Allaitement

L'allaitement est la règle d'or recommandée pour faire baisser le taux de mortalité des bébés pendant la période postnatale et postnéonatale. 
À l'heure actuelle, l'allaitement n'est toutefois pas considéré comme un facteur de prévention majeur contre la mort subite du nourrisson.

  • Médicaments

Les médicaments aux effets secondaires soporifiques sont à éviter. Ils peuvent plonger le bébé dans un sommeil trop profond. 
Ne donnez à votre enfant que des médicaments prescrits par votre médecin, car pour beaucoup de médicaments, l'inconnue demeure quant à leurs effets sur les jeunes enfants. 
Si vous allaitez, il vous revient aussi d'éviter ces médicaments, que vous transmettez alors à votre enfant via le lait maternel. 
Les vaccins, les infections et les ALTE n'augmentent pas le risque de mort subite du nourrisson.

  • Saison

Le syndrome de la mort subite du nourrisson apparaît plus fréquemment en hiver. Nous vous conseillons cependant d'habiller votre enfant en fonction de la température ambiante dans la chambre, et non en fonction de la température extérieure. Même s'il fait très froid dehors, la température de la chambre peut être bien plus élevée en raison du chauffage par exemple.

  • Repos et régularité

Les bébés sont sensibles aux perturbations de leur repos. Durant leur première année de vie, mieux vaut limiter les situations agitées (voyager, déloger, déménager,...). Elles peuvent perturber un nourrisson et, par conséquent, son sommeil. Il est donc important de surveiller d'encore plus près l'enfant pendant de telles situations. 
Un changement soudain de l'environnement est aussi vécu comme une expérience stressante pour l'enfant et provoque un changement dans ses habitudes de sommeil. Ainsi, il s'avère que le risque de mort subite du nourrisson est plus élevé en structure d'accueil, surtout au cours des premiers jours.

  • Séjour en altitude 

La pression d'oxygène est plus basse en altitude ou lors de voyages en avion. Les nouveau-nés, qui possèdent toujours un taux élevé d'hémoglobine fœtal, peuvent supporter ces baisses d'oxygène relatives. Cependant, une exposition de longue durée à une pression d'oxygène plus basse peut avoir des conséquences préjudiciables en termes de mort subite du nourrisson. 
 

  • Facteurs liés aux parents

Généralement lié au jeune âge des parents, à un faible niveau de formation, à un rôle parental assumé seul, ... 
Ces éléments additionnés peuvent être responsables d'un risque accru de mort subite du nourrisson. De plus, on constate que les recommandations de sécurité sont moins bien respectées parmi ce groupe de parents.

Il est malheureusement impossible de garantir complètement la sécurité des bébés, qui restent des sujets vulnérables. Personne ne peut totalement exclure le risque de mort subite d'un nourrisson. Cependant, en respectant les conseils ci-dessus, vous réduirez considérablement certains risques potentiels de ce syndrome.

N'hésitez jamais à demander un avis médical à votre médecin. Faites-le chaque fois que vous pensez que quelque chose ne va pas avec votre bébé, chaque fois que vous avez des doutes ou des questions, ou dans les situations potentiellement à risque suivantes.