Au moment où vous pensiez maîtriser le rituel du dodo, tout tombe soudainement en miettes. Les siestes se transforment en cauchemar et votre bébé qui dormait auparavant comme un ange s'est métamorphosé en noctambule. Pas de panique ! Il pourrait s'agir de ce qu'on appelle une régression du sommeil. Ce changement tout à fait naturel des habitudes de sommeil de votre petit chéri est généralement lié à des étapes marquantes dans son développement mental.

Zomerse slaaptips voor warme nachten Zomerse slaaptips voor warme nachten

Un dodo en avant, deux pas en arrière... 

Et donc, la régression du sommeil est une BONNE CHOSE. Le terme laisse penser qu'il s'agit d'un pas en arrière, alors qu'en fait, c'est votre bébé qui fait de grands progrès. La régression du sommeil fait à vrai dire partie de sa croissance. Ne vous inquiétez donc pas ! Vous n'êtes nullement responsable de cette régression, mais il y a des choses que vous pouvez faire pour surmonter cette épreuve plus facilement. Découvrez-les ici !

Qu'est-ce que la régression du sommeil ?

Comme vous le savez probablement très bien, plusieurs facteurs peuvent interrompre le sommeil de votre enfant. Le passage à l'heure d'été, un rayon de soleil qui entre par la fenêtre, des températures plus élevées, la faim, les poussées dentaires, la toux et les rhumes, les coliques, le reflux... Tous ces facteurs peuvent être à l'origine de journées agitées et de nuits sans sommeil. Il vaut donc mieux vérifier ces facteurs car parfois il peut y avoir un problème facile à résoudre.

Les régressions du sommeil sont toutes différentes. Elles surviennent à tout moment, peu importe la condition de santé de votre bébé et les rituels de sommeil acquis. La bonne nouvelle est que la plupart des régressions du sommeil disparaîtront tout simplement, à leur propre rythme. Cela peut prendre une semaine ou quelques mois. Tenez-vous prêt et gardez votre sang-froid, car la cohérence et s'en tenir au train-train quotidien vous aideront à traverser ces périodes difficiles !

Comment s'assurer qu'il s’agit d’une régression du sommeil ?

La régression du sommeil se manifeste essentiellement par un changement des habitudes de sommeil. Voici quelques éléments à garder en tête :

·       Les siestes deviennent plus courtes

·       Votre enfant se réveille plus fréquemment la nuit 

·       Votre enfant est fatigué par un manque de sommeil

·       Il est plus difficile d'apaiser votre enfant au moment d'aller au lit

·       Votre enfant ne se rendort pas facilement quand il se réveille

·       Votre enfant est grincheux sans raison

Une fois que vous avez exclu tous les potentiels facteurs externes, comme la luminosité, le froid, et vérifié qu’ils n’ont pas faim, ne sont pas malades ou détrempés, il pourrait bien s’agir d’une régression du sommeil.

Quand les régressions du sommeil se produisent-elles ?

Les bébés et les jeunes enfants connaissent à tout moment des régressions du sommeil. Celles-ci sont généralement liées à des étapes marquantes du développement mental, plutôt qu’à des changements physiques tels que des poussées de croissance – bien que celles-ci puissent également affecter le sommeil. Il existe plusieurs phases de développement communément reconnues, où votre bout de chou pourrait faire face à une régression du sommeil. L’âge exact varie toutefois d'un enfant à l'autre. Car après tout, un bébé est un petit individu qui suit son propre rythme. Et de plus, pas tous les bébés ne connaîtront une régression du sommeil à l'une de ces phases, voire toutes.

Régression du sommeil des bébés à 8 semaines

Les nouveaux bébés viennent au monde, plongés dans un sommeil bienfaisant et munis de mélatonine maternelle. Cette hormone du sommeil entre en jeu quand la nuit tombe afin d'aider à gérer nos rythmes circadiens et notre régime de sommeil.

Lorsque cet apport maternel en mélatonine diminue après les premières semaines, vous pourriez soudainement vous retrouver avec un bébé pleinement réveillé ! Votre bébé piquera des petits sommes en journée et ne dormira pas bien la nuit jusqu’à ce qu’il commence à produire lui-même de la mélatonine après environ un mois.

Que faire

Les stores occultants peuvent aider votre bébé à établir le lien entre l’obscurité et le sommeil et à adopter de bonnes habitudes de sommeil pour entamer la nuit. Ajuster les heures de sieste peut également aider votre bébé à abandonner ses habitudes de sommeil de nouveau-né. 

Régression du sommeil à 4 mois

Aux alentours de 4 mois, votre bébé apprend à se retourner. Quel changement énorme ! Cela signifie que votre enfant se prépare à prendre les devants pour explorer le monde. C’est aussi le moment où votre bébé subit le plus grand changement dans ses cycles de sommeil. Des réveils complets plus fréquents en journée et toutes les deux heures pendant la nuit. Si votre bébé ne s'endort que lorsque vous le tenez ou vous le bercez, vous serez tous deux très vite au bout du rouleau !

Que faire

Impossible de mettre fin aux réveils. Mais vous pouvez bien aider votre chérubin à se rendormir indépendamment. Même si certaines personnes appellent cela un entraînement au sommeil, pas besoin d'en faire un camp d’entraînement ! Ne laissez jamais pleurer votre petit. Mais vous pourriez peut-être attendre quelque temps pour voir s’il se calme. Souvent, c'est le cas. Essayez de le poser doucement quand il est somnolent mais encore éveillé et laissez-le s'endormir tout seul. Certains parents estiment que le bruit blanc est indispensable pour stimuler le retour au sommeil. Une fois que votre bébé pourra se rendormir seul, votre vie changera !

Régression du sommeil à 9-12 mois

Vers 9-12 mois, votre bébé franchit un prochain pas de géant ! Votre mini-vous commence à se rendre compte que vous existez et qu’il vous aime bien. À tel point qu'il commence à souffrir d'angoisse de séparation lorsque vous essayez de le coucher seul pour la sieste ou la nuit.

Votre bébé pourrait également faire de grands progrès dans son développement physique. S'asseoir, se tenir debout ou même faire ses premiers pas. Et ensuite mettre en pratique ces nouvelles compétences dans le berceau. C'est tout à fait normal. Laissez-le faire et très vite, votre enfant se rendra compte qu'en se recouchant, il parviendra à se rendormir tout seul.

Que faire

Restez fidèle à votre routine de sieste du matin et de l'après-midi. Restez près de lui quand il s'apaise et établissez un contact visuel avec votre enfant. Oui, vous y êtes presque ! N'ayez pas peur de lui donner quelque chose de nouveau dont il n’a jamais eu besoin auparavant pour s’endormir – comme un repas en plus ou des câlins. C'est vraiment le moment d'encourager votre bébé à s'apaiser seul et à passer ses nuits. Avant que la fameuse crise des deux ans ne se profile à l’horizon !

Régression du sommeil à 12-15 mois

Tout à coup, on constate une angoisse de séparation bien plus prononcée. Votre bambin pourrait insister pour recevoir un dernier câlin avant de s’endormir. Il a peut-être aussi appris qu'il obtient des résultats en faisant beaucoup de bruit !

C’est à cette phase-ci qu’il est important de réaliser que votre enfant va tout à fait bien, qu'il crie juste parce qu’il veut attirer votre attention. En effet, les tétées nocturnes ne sont plus nécessaires et votre petit devrait bénéficier d'une bonne et longue nuit de sommeil ainsi que d'une sieste en journée. Il suffit donc de s'accrocher ! Et de respecter votre routine. Elle a porté ses fruits dans le passé, et elle continuera à le faire.

Que faire

Continuez à faire ce que vous faisiez auparavant.  Un petit câlin si votre enfant se réveille, mais il est vraiment essentiel d'être cohérent. Couchez votre enfant à tour de rôle - l'angoisse de la séparation peut s'aggraver lorsque votre enfant s'attend à voir le même parent tous les soirs. Prévoyez une seule sieste par jour. Cela devrait suffire et aider votre enfant à dormir la nuit. Et peut-être qu’un ours en peluche, un jouet ou un doudou pourraient lui donner le réconfort recherché. Et relâcher la pression chez vous !

Régression du sommeil à 24 mois

Bravo ! Vous avez survécu jusqu’à présent et vous serez donc ravi d’apprendre que c’est la dernière régression du sommeil que vous aurez à vivre. Votre bambin a atteint l'âge de deux ans. À présent, il teste son indépendance, les limites de son lit à barreaux et les vôtres. Il est possible qu'il ne s'endorme pas tout de suite. Tout simplement parce qu'il n'en a pas envie !

Ne vous laissez pas tenter par un grand lit. C'est encore trop tôt et tout ce qu’il fera, c’est se lever bien plus pour profiter de son autonomie. Ne cessez pas les siestes – jusqu'à ce que votre enfant ait passé au moins 10 jours sans s'endormir à l'heure habituelle. Assurez-vous d'obscurcir sa chambre afin de lui donner toute l’aide nécessaire pour dormir.

Que pouvez-vous faire ?

Gardez la tête froide et ne changez rien. Continuez à utiliser le lit à barreaux, à prévoir des siestes et à respecter le rythme de sommeil mis en place. Vous pourriez essayer d'installer une petite veilleuse à faible intensité pour rassurer votre enfant et pour rendre les moments de réveil plus intéressants.

Préparez-vous, avant que cela n’arrive

Quelle que soit la phase de développement de votre enfant, il est important de mettre un plan de sommeil en place.  Car alors, vous êtes préparé au mieux le jour que votre bébé commence à montrer des signes de régression du sommeil. Établissez de bonnes routines qui fonctionnent pour vous et votre petit. Vous disposerez d'une bouée de sauvetage à laquelle vous pourrez vous accrocher lorsque le navire du sommeil semble couler.

Développez un programme quotidien avec une bonne répartition des périodes d'éveil, de jeu et de repos.  Vous ne voulez pas que votre bébé soit trop fatigué et agité, ou trop reposé quand c'est le moment d'aller au lit.

Restez calme à l'heure du coucher.

Des lumières douces, le calme et la tranquillité, pas d'écrans, et ce au moins une heure avant de coucher votre enfant. Un bain relaxant, lire une histoire ou écouter une musique douce annoncent l'heure du coucher. Posez ensuite votre bébé quand il est somnolent mais encore éveillé, pour l'encourager à s'endormir tout seul.

Créez le bon environnement de sommeil

Assurez-vous que la chambre de votre bébé est à une température confortable pour dormir – environ 18 °C est idéal. Bloquez la lumière pour aider votre enfant à s’endormir et pour qu'il dorme plus longtemps le matin.

Investissez dans un très bon matelas comme l’AeroSleep Evolution Premium car cela peut faire toute la différence pour une bonne nuit de sommeil. Les bébés respirent plus facilement grâce à la structure alvéolaire 3D innovante du matelas, tandis que la couche absorbante située en dessous les garde au sec. Finies les éruptions cutanées et les irritations qui les gardent éveillés. De plus, ce modèle se transforme rapidement en une surface de couchage inclinée. Très utile quand les coliques, les rhumes et le reflux conspirent au malheur de votre petit et annulent tous vos plans de sommeil !

Deux pas en avant...

N’oubliez pas que la régression du sommeil fait partie du développement normal de votre bébé. Cela confirme qu’il fait ces petits pas en avant, découvrant de nouvelles choses à propos de lui-même et du vaste monde dans lequel il a été catapulté. Il y a tant de choses à apprendre et à assimiler, il n’est dès lors pas étonnant qu’il ne dort plus comme avant. N'oubliez pas que vous finirez toujours par vous en sortir. Il suffit de persévérer, de s'accrocher à son train-train quotidien et tout reviendra à la normale en un clin d'œil !